02 mars 2011

GRIZZLY MAN

Grizzly_Man

Une belle bouse de Werner Herzog réalisée en 2005.
Ecrit par Werner Herzog.
Avec des comédiens, même si le film prétend être un documentaire.
Musique composée par un manche appelé Richard Thompson.

Ca faisait longtemps que j'avais pas descendu de navet. Le dernier c'était le pitoyable La colline à des yeux 2 et pourtant en termes de nanarderie il fait pale figure à côté de ce Grizzly Man! Ridicule de bout en bout, ce "documentaire" qui semble plus être une supercherie mal foutue qu'autre chose, est clairement le pire film que j'ai vu l'année dernière. Enchainant des scènes tellement nazes qu'elles en forcent le respect, Grizzly Man raconte l'histoire sans interêt et dont tout le monde se fout de l'incroyablement con Timothy Treadwell, un jeune écologiste qui à vécu pendant 13 étés avec des gros nounours grognons et qui prétendait être leur ami, ne faire qu'un avec eux... Et qui à tout de même fini par se faire pitoyablement décapiter et grailler par un grizzly en manque de nourriture, on plaindra tout de même davantage le grizzly que le bonhomme parce que si son gout est égal à sa connerie le pauvre à du choper une sacrée indigestion! Grizzly Man est un film super mal branlé, super mal interpreté (et oui parce que bon désolé mais y a quand même pas mal de trucs qui indiquent que les types du film sont des acteurs, mauvais au passage.), mais aussi à mourir de rire si l'on déconnecte notre cerveau l'espace d'une heure et demi pour explorer l'esprit improbablement con du tellement intrépide qu'il en est mort Timothy Treadwell.

GM1Salut, je m'appelle Timothy Treadwell et je sais pas torcher un plan correct!

Ralala Timothy Treadwell c'était quelqu'un quand même... S'ouvrant sur un plan fixe de 5 minutes ou le bonhomme nous raconte que pour vivre parmi les ours il faut être un gentil guerrier puis se transformer en samourai pour les dompter (et à ce moment-là vous vous rendez compte que c'est Jean Claude Van Damme dans le corps du type.), Grizzly Man s'annonce d'entrée de jeu comme un moment de rigolade garanti, un pur plaisir coupable qui s'il pue vraiment de la gueule vous fera mal aux abdominaux par la connerie de son personnage principal... Ainsi si le plan d'ouverture en dit long ce n'est rien comparé aux autres scènes du film, au hasard, on a cette scène ou ce cher Treadwell nous confie les détails de sa vie sexuelle... Notamment qu'il pense que les femmes sont trop dures à foutre au lit et que pour cette raison il voudrait être homosexuel car ce n'est pas le cas des hommes... Oh et puis d'ailleurs ce n'est pas sans se vanter qu'il nous dit cela car il est aussi génial au pieu. Ou encore, ce passage ou il voit un bonhomme dessiné par terre... Et qu'il panique et qu'il trouve ça menacant (what the fuck?). Et pour finir, le passage ou, assis à côté de la dépouille d'un pôôôvre pitit renard, il pleure comme un abruti en disant que la nature c'est dur et que la vie c'est pas bien (mais jamais une seconde il ne se rend compte qu'il est con comme un cul.) et cette scène anthologique ou il insulte les gardes de la réserve (oui parce qu'il vivait avec les ours dans une réserve hein, vous savez les endroits ou on est pas protégés c'est trop dangereux même quand on est le courageux, l'intrépide Timothy Treadwell...) avec qui il s'entendait plutot bien et sort en 10 minutes plus de "fuck" que dans tous les films de Quentin Tarantino, bref, le constat de tout cela c'est que si le film est tout pourri il ne se prend pas une seule seconde au sérieux, faisant la satyre des écolos en faisant le portrait d'un type dont personne n'a rien à foutre d'ailleurs... Toutefois si cette satyre et ce côté documenteur auraient pu être la grande force de ce Grizzly Man, c'est en réalité le plus gros de tous ses défauts car jamais une seconde le côté supercherie du film n'est appuyé et à la fin on se pose tous la question "merde mais ils étaient sérieux la?". Personnellement je doute que quelqu'un puisse être aussi con que le personnage présenté ici...

GM2Hé pitit renard tu sais, je suis Timothy Treadwell l'homme sans peur qui vit avec les ours, pourtant en 1h30 de film je m'en approche pas une seule fois.

Clairement, le film n'est pas sérieux une seconde. Malgré tout même si on parvient à se convaincre que Grizzly Man est en réalité un documenteur et que ça existe pas des gens aussi stupides, impossible de se convaincre que le film est bien... Non seulement il est chiant (en dehors de ces scènes ou le personnage principal fait l'abruti qui sont à pisser de rire), mais en plus difficile d'y trouver un plan correctement torché, à ce titre le "plan-séquence" ou Treadwell suit un renard courir dans l'herbe en caméra à l'épaule est un moment de comique en cela qu'en une minute de prise on ne voit pas une seule fois le renard filmé, et puis d'ailleurs il en est de même pour la bande-son de ce navet, composé par un manche appelé Richard Thompson qui à visiblement séché tous ses cours de musique depuis l'école primaire... Les interprètes (désolé mais personne ne pourra me convaincre que ces types ne sont pas des acteurs... C'est pas possible) ne sont pas en reste et font également de la merde, par ailleurs le film est encore plus ruiné par la voix-off de Werner Herzog qui dit des trucs inintéréssants en permanence. Bref, c'est tout pourri, ça pue de la gueule, pourtant, il faut l'avouer... Grizzly Man est le plaisir coupable ultime, à pisser de rire dès lors que cet abruti de Timothy Treadwell entre en scène.

GM3Salut, je suis un renard et je suis le meilleur acteur de ce film!

Car en effet si Grizzly Man n'a que peu d'interêt il faut quand même lui accorder celui-la : c'est à se chier dessus de rire! Clairement, le film est tout pourri mais vous vous en souviendrez pour son personnage principal qui rejoint clairement le panthéon des personnages les plus nanardesques de l'histoire du cinoche, et entre nous, si vous cherchez à rire un bon coup, je vous le conseille, bon buvez une ou deux bières d'abord, mais vraiment, voyez-le, car aussi naze soit-il Grizzly Man est un monument de ringardise et de bétise, à un tel point que ça en devient limite hallucinatoire, sinon, si vous cherchez un vrai film, je vous déconseille de suivre le conseil du bigleu qui à écrit sur la jaquette de ce film que c'était l'un des documentaires les plus remarquables réalisés ces dernières années et suivez plutôt le mien : si vous voulez de la supercherie qui déchire, trouvez 20€ et achetez-vous Forgotten Silver de Peter Jackson, parce que ça non seulement c'est à pisser de rire mais en plus c'est super bien foutu!

-Ze Ring-

Posté par ZE RING à 01:59 - - Commentaires [35] - Permalien [#]

14 janvier 2011

LA COLLINE A DES YEUX 2

lcady1

Réalisé par Martin Weisz et produit par Wes Craven en 2007.
Ecrit par Wes Craven et Jonathan Craven.
Avec Michael McMillian et Jessica Stroup.
Musique composée par Trevor Morris.

Le remake de La colline à des yeux de Wes Craven par Alexandre Aja en 2006 était une putain de grosse baffe dans la gueule. Seulement, ce fut aussi un gros succès, et qui dit gros succès dit aussi suite commerciale qui pue du cul et qui sert à rien. Et c'est exactement ce qu'est La colline à des yeux de 2, qui bénéficie pourtant d'une réalisation franchement torchée... Seulement, si le film est visuellement bien torché et si la musique est plutôt pas mal également, ses qualités s'arrêtent la et les défauts pleuvent. On commencera par parler de ses acteurs aussi charismatiques qu'une chaussette Babar et pas capable de jouer la comédie une seconde, ou encore de son gros méchant qui ressemble à Gérard Depardieu ou des clichés tous pourris dont le scénario ultra-chiant de Wes Craven regorge, et ca ne s'arrête pas la car dans La colline à des yeux 2 on trouve aussi des effets gores tellement pourris que je pourrai faire mieux avec du jus de pamplemousse et je ne parle même pas du fait que ce film, enfin ce truc, supposé, si j'en crois que les éditeurs bigleus qui ont édité le film, être terrifiant et ultra-violent, ne fait pas peur une seconde et ne tache pas les yeux non plus une seule fois en 1h30 qui, au vu du rythme du film, vous auront l'air de 5 heures. Autant vous dire qu'une bouse pareille j'en avais pas vu depuis le tout pourri Toolbox Murders de Tobe Hooper, et que bon, enchainer le terrible La colline à des yeux d'Aja avec cette espèce de navet moisi fait quand même bizarre. Alors voila la réalisation est pourtant loin d'être à chier, seulement lorsque comme Martin Weisz, un tocard qui n'a rien fait dans sa carrière, et espérons-le, qui ne fera plus rien, on fait des films pour faire du fric et bien forcément rien ne va, le film, supposé contenir des dizaines de scènes chocs (dixit l'éditeur de ce navet) contient beaucoup plus de scènes chiantes qu'autre chose, et puis bon forcément quand on fait un film pour adolescents décérébrés on se casse pas trop la tête, on fait 3 auditions histoire de dire qu'on à réfléchi au casting, on demande un scénario à papy Craven qui soit n'en à rien à foutre soit fait absolument nimporte qui comme ça lui arrive régulièrement, on prend deux trois cours de tenue de caméra histoire que le tout soit matable et on a un film... Oui, enfin on va appeler ça comme ça. Disons plutôt qu'on a un machin bien réalisé, mais c'est tout. Et puis bon, La colline à des yeux 2 enchaine les défauts de cohérence comme aucun film... En effet, dans l'univers de Martin Weisz et de Wes Craven, on peut se prendre une pioche dans le coeur, tomber d'une falaise de 10 mètres, survivre et se relever une journée après pour dire des conneries, dans l'univers de cette bouse, on constate aussi que Gérard Depardieu à grandi dans les zones irradiées du Nevada (et la y a que ceux qui suivent qui comprendront.) et ce ne sont pas les pires conneries que vous trouverez dans ce film... Que dire de cette scène ou les "protagonistes" se prennent la main de leur pote kidnappée par les vilains zirradiés du dézert en pleine gueule... Et que dire de cette autre scène ou ils retrouvent leur pote kidnappée par les vilains zirradiés du dézert avec ses deux mains? Elle a repoussé en 15 minutes ou bien? Enfin, voila, je ne vois pas l'interêt d'en dire plus, si ce n'est que La colline à des yeux 2 est un nanar bien senti, qui m'aura fait bien rire tiens. Je n'en dirai pas plus sur cette bouse. J'espère vous avoir dissuadé de le voir... Enfin, cela dit, je pense que bourré ça doit être marrant de voir Gérard Depar... Euh le vilain zirradié du dézert se faire dégommer à coups de baïonnette. Je conclurai en deux mots : tout pourri.

lcady2
La colline à des yeux 2, c'est aussi l'art de libérer les gens enchainés avec juste une main.

-Ze Ring-

lcday3
-Wah regarde putain!
-Quoi?
-Le mutant de la bouse dans laquelle on joue ressemble à Gérard Depardieu!
-J'espère qu'il verra jamais le film, il risque de se sentir insulté.

Posté par ZE RING à 23:40 - - Commentaires [13] - Permalien [#]