15 juin 2012

TURKISH STAR WARS

turkish star W

RÉALISÉ PAR | CETIN INANC.
ÉCRIT PAR | CÜNEYT ARKIN.

CÜNEYT ARKIN | Murat.
AYTEKIN AKKAYA | Ali.
FÜSUN USAR | Bilgin'in Kizi.

L'humanité vit paisiblement et possède une technologie avancée. Mais des méchants hommes veulent utiliser cette technologie pour devenir immortels. S'opposent alors l'Empire Tyrannique et les gentils humains. Pour se protéger des méchants, les gentils créent un bouclier autour de la Terre. Les méchants veulent alors s'emparer du cerveau des humains pour conquérir notre planète.

turkish_star_wars2


Oliver revient avec une critique de nanar en plus.... Sans doute la dernière... Alors autant finir en beauté! Après cela viendra une nouvelle critique, d'un nouveau rédacteur dont je ne dévoilerai pas l'identité maintenant... Et peut-être un cycle sur la trilogie STREET FIGHTER avec Sonny Chiba! A bientôt! -ZE RING-


Attention, vous avez devant vous le nanar ultime ! J'ai nommé TURKISH STAR WARS, réalisé par Cetin Inanç en 1982.
Pour l'anecdote, TURKISH STAR WARS est considéré comme le film le plus nul de toute l'histoire du cinéma, un titre qu'il partage avec la bisserie réalisée par Ed Wood, PLAN 9 FROM OUTER SPACE.
A noter qu'il existe une suite, donc, TURKISH STAR WARS, sorti en 2006, que je n'ai hélas pas vu, mais qui semble parodier les films de science fiction à succès, tout en effectuant quelques clins d'oeil à son prédécesseur.

Avec TURKISH STAR WARS, Cetin Inanç retrouve son acteur (enfin... acteur...) fétiche, Cüneyt Arkin, qui s'est surtout distingué dans des productions douteuses aux titres évocateurs.

TSW

Au hasard, nous citerons TURKISH FIRST BLOOD, plus connu sous le nom de VAHSI KAN. Difficile de résumer un film tel que TURKISH STAR WARS.
L'introduction de cette série Z a le mérite de présenter les hostilités via un montage épileptique, brouillon, totalement incompréhensible et reprenant certaines séquences spatiales de STAR WARS : LA GUERRE DES ÉTOILES.

turkish_star_wars_01

C'est aussi ce montage complètement foireux qui va contribuer à rendre ce nanar populaire sur la Toile. L'air de rien, avec les années, TURKISH STAR WARS s'est taillé une solide réputation sur le net.
Pour bien comprendre de quoi il en retourne, il est nécessaire de dévoiler les grandes lignes du scénario.
Donc, attention, ça risque de faire mal au plus profond du trou de balle !
Dans le futur, l'Humanité vit paisiblement et possède une technologie très avancée. Toutefois, le vil Sorcier de l'Empire Tyrannique, une sorte de Dark Vador à la sauce kebab, veut s'emparer du cerveau humain pour devenir immortel.
Murat et Ali, deux pilotes de vaisseaux spatiaux, s'écrasent sur une planète inconnue. Sur place, ils doivent faire face à un territoire hostile et dominé par la dictature du Sorcier galactique. Voilà pour les hostilités d'un scénario définitivement à la ramasse !
Pour ceux qui auraient compris quelque chose, merci de m'écrire de toute urgence !

turkish_star_wars_5
Le Dark Vador turc...

Vous l'avez donc compris: TURKISH STAR WARS est une série Z fauchée qui doit composer avec les moyens du bord, soit la totalité du SMIC albanais (enfin... le SMIC turc en l'occurrence). L'image est parfois très floue, saccadée et le film passe souvent d'une séquence à une autre sans établir de liens logiques.
La bande originale du film reprend la musique du long-métrage original, ainsi que celle d'INDIANA JONES mais en mode cacophonique et inaudible.


Pour le nanardeur averti, il faudra donc se boucher les oreilles, sans compter que parfois, sans que l'on comprenne pourquoi, un homme masqué (un monstre peut-être?) apparaît sans crier gare, les scènes étant régulièrement entrecoupées par des séquences spatiales totalement incompréhensibles.
Pour le reste, TURKISH STAR WARS contient de nombreuses séquences d'anthologie. Enfin... d'anthologie... Tout du moins, sur le baromètre du nanar !


Plus qu'un film de science fiction, TURKISH STAR WARS est aussi un film d'arts martiaux à la sauce harissa. Il faudra donc se contenter de combats totalement surréalistes avec des monstres moisis, des bonhommes en mousse, des squelettes enrobés dans une sorte de papier toilette... et la liste est longue !
A cela, rajoutez quelques séquences de trampoline durant lesquelles le héros, Murat (Cüneyt Arkin) effectue des sauts périlleux, et des bonds sur le sol pour mieux atterrir sur la tronche de ses ennemis en carton !

Les exemples sont hélas nombreux. Toujours est-il que le spectacle est totalement indescriptible et dépasse les limites de la connerie filmique ! Tout nanardeur digne de nom se doit d'avoir vu TURKISH STAR WARS!
Encore une fois, c'est la réalisation totalement bordélique de Cetin Inanç qui fait la différence ! Ed Wood et son PLAN 9 FROM OUTER SPACE peuvent aller faire un petit tour ! Encore une fois, TURKISH STAR WARS est le nanar ultime.


Ne cherchez plus, vous avez devant vous le film le plus nul de toute l'histoire du cinéma. Pourtant, malgré tous ses défauts (et ils sont extrêmement nombreux), TURKISH STAR WARS reste un film hors norme dans le noble septième art et un bijou de nanardise dans le monde du cinéma.
D'ailleurs, peut-on encore réellement parler de cinéma ? Telle est la question. Je vous laisse donc apprécier les photos et les diverses vidéos. Toutefois, faites gaffe, on ne s'en remet vraiment pas facilement !

SI VOUS AVEZ TELLEMENT RI DEVANT CE NANAR QUE VOUS EN AVEZ EU MAL AUX MUSCLES ABDOMINAUX, ALORS VOUS DEVEZ VOIR...

  • PLAN 9 FROM OUTER SPACE d'Ed Wood.
  • DEATH WARRIOR de Cetin Inanç et Cüteyn Arkin.
  • TURKISH FIRST BLOOD de Cetin Inanç.
  • LES RATS DE MANHATTAN de Bruno Mattéi.

-ALICE IN OLIVER-



13 juin 2012

ROBOCOP

Jaquette
RÉALISÉ PAR | PAUL VERHOEVEN.
ÉCRIT PAR | EDWARD NEUMEIER ET MICHAEL MINER.
MUSIQUE COMPOSÉE PAR | BASIL POLEDOURIS.

PETER WELLER | Alex J. Murphy - RoboCop
NANCY ALLEN | Anne Lewis.
RONNY COX | Dick Jones.
KURTWOOD SMITH | Clarence Boddicker.

Dans un futur proche, les flics se font tuer un par un, dans la ville de Detroit. Murphy (Peter Weller) en fait partie et des scientifiques vont lui donner une seconde chance. Il va devenir RoboCop, mi homme, mi robot et flic indestructible. Mais il lui manque sa mémoire, qu'il va vite retrouver...

1


Attention film culte ! J'ai nommé ROBOCOP, réalisé par Paul Verhoeven en 1987. Je dois également l'avouer : ROBOCOP fait partie de mes films préférés. C'est aussi le premier long-métrage américain de Paul Verhoeven, un cinéaste hollandais (très connu dans son pays), peu convaincu par le script au départ.
En même temps, comment ne pas sourire devant un tel titre et l'histoire d'un homme qui devient une machine ?
Pourtant, malgré les apparences, ROBOCOP est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît, les thématiques étant riches et variées.
Le thème central du film repose avant tout sur la quête de l'âme humaine. ROBOCOP est un personnage en perpétuel conflit identitaire.
Toutefois, le cyborg ne cessera d'évoluer tout au long du film.
D'une certaine façon, ROBOCOP ressemble beaucoup à la créature de Frankenstein, elle aussi en quête d'identité. ROBOCOP est à la fois une machine, un être humain, un produit de l'OCP et un programme, obéissant à des directives précises.

2

ATTENTION, SPOILERS ! Alex J. Murphy est abattu sauvagement par une bande de voyous sous les yeux de sa collègue, Lewis (Nancy Allen).
Pour le cartel OCP, la mort de ce policier est une véritable aubaine.
En effet, la criminalité règne dans la ville de Détroit. Il est temps désormais d'éradiquer la violence par une nouvelle arme : RoboCop, un cyborg très puissant et quasiment invincible.
Le corps de Murphy est donc utilisé pour servir de plus grandes ambitions. L'ancien flic devient donc RoboCop. Mais il n'y a pas de résurrection sans crucifixion.
La mort de Murphy est insoutenable et rendue ultra violente par la caméra de Verhoeven. Cette séquence est destinée à poursuivre le spectateur tout au long du film.
De ce fait, RoboCop a une vraie dimension christique, le supplice de Murphy n'étant pas sans rappeler le martyr de Jésus-Christ sur la croix.
Lui aussi est de retour à la vie et apparaît alors comme un Jesus américain des temps modernes. Pour s'en convaincre, il suffit de voir comment Paul Verhoeven filme son androïde de service, ce dernier marchant quasiment sur l'eau lorsqu'il affronte quelques voyous dans une ancienne raffinerie.

3

Le plus intéressant reste l'évolution psychologique du cyborg, ce dernier affirmant clairement son identité dans la dernière réplique du film :
"-Vous êtes un excellent tireur jeune homme. Vous vous appelez ?
-Murphy !"
Pourtant, le robot n'est pas au bout de ses peines. Dans un premier temps, des souvenirs de son passé humain reviennent à la surface via plusieurs cauchemars de son exécution sadique.
Par la suite, c'est son ancienne collègue (donc, Lewis) qui le rappelle à lui ("Murphy, c'est vous !"). Le cyborg finit par vérifier les archives de la police et tombe sur le casier judiciaire de ses anciens tortionnaires. Pire encore, il découvre que ses truands sont soutenus par le numéro 2 de l'OCP, un certain Dick Jones. RoboCop décide d'arrêter l'intéressé.
Encore une fois, RoboCop est atteint du syndrome de la créature de Frankenstein. Lui aussi se retourne contre son créateur mais se retrouve désactivé par une directive prioritaire.
En résumé, la machine ne peut se rebeller contre ses maîtres.

4

Ensuite, le cyborg découvre aussi son passé humain, via une séquence tragique se déroulant dans l'ancienne demeure de Murphy.
Au-delà de ce personnage complexe et passionnant, Paul Verhoeven en profite pour égratigner l'Amérique des années Reagan, dénonçant un pouvoir corrompu et une société à la dérive.
Ce dernier point est renforcé par un humour noir omniprésent et des plus jouissifs (je renvoie aux courts intermèdes publicitaires).
Pour Verhoeven, c'est un moyen comme un autre de mettre en avant un capitalisme aveugle, à l'image de ED 209, une machine de guerre froide et impitoyable.
Bref, Paul Verhoeven signe un film de science fiction nihiliste, qui n'est pas si éloigné de notre réalité.

5

Si vous avez aimé ce film, vous aimerez...

  • STARSHIP TROOPERS de Paul Verhoeven.
  • TOTAL RECALL de Paul Verhoeven.

-ALICE IN OLIVER-

6

03 juin 2012

PLAN 9 FROM OUTER SPACE

plan_9_from_outer_space

RÉALISÉ PAR | ED WOOD.
ÉCRIT PAR | ED WOOD.

GREGORY WALCOTT | Jeff Trent.
MONA McKINNON | Paula Trent.
DUKE MOORE | Lieutenant Harper.
TOM KEENE | Colonel Edwards.

Des extraterrestres appliquent le plan 9 destiné à manoeuvrer les Terriens. Plan diabolique, il consiste à la résurrection des morts en introduisant des électrodes à longue portée.

plannine6


On souhaite la bienvenue a notre nanardeux favori, ALICE IN OLIVER, qui signe aujourd'hui sa première critique sur ZE LORD OF THE RING! - ZE RING-


Film culte s'il en est. J'ai nommé PLAN 9 FROM OUTER SPACE, réalisé par Ed Wood en 1959. Ne cherchez plus ! Vous avez devant vous le film le plus nul de toute l'histoire du cinéma, un titre qu'il partage avec TURKISH STAR WARS de Cetin Inanç.
En vérité, PLAN 9 FROM OUTER SPACE ne gagnera sa réputation de film culte que dans les années 80. Dans un livre consacré aux pires inepties du cinéma, les deux auteurs, Michael et Harry Medved qualifient PLAN 9 FROM OUTER SPACE comme étant le pire film jamais réalisé.
Cette série Z commence à faire parler d'elle et Ed Wood devient à jamais le plus mauvais cinéaste que le septième art ait porté.
Pourtant, le réalisateur ne profitera jamais de cette gloire tardive puisqu'il meurt à la fin des années 70.
A l'origine, le film devait s'intituler GRAVE ROBBERS FROM OUTER SPACE mais Ed Wood devra revoir sa copie afin de satisfaire les producteurs.
D'ailleurs, ce sont les anecdotes autour de cette série Z qui font tout le charme de ce film de science fiction cocasse, fun et totalement involontaire.
A la fin des années 50, Ed Wood est un réalisateur à la dérive. Ses précédents longs-métrages ont faire un bide commercial.
Aucun producteur ne veut financer ses films et personne se semble reconnaître son talent.
Mais peu importe, le cinéaste semble transporté par une foi inébranlable. Avec PLAN 9 FROM OUTER SPACE, Ed Wood espère enfin signer son chef d'oeuvre absolu, le film qui le consacrera enfin parmi les grands réalisateurs d'Hollywood.
Hélas, le tournage du film sera un véritable casse-tête pour le cinéaste. Ed Wood devra faire appel à l'Eglise Baptiste pour réaliser PLAN 9 FROM OUTER SPACE.
Le cinéaste et son équipe sont donc obligés de se faire baptiser afin de satisfaire les producteurs.

plan 9a

Pire encore, l'acteur fétiche du réalisateur, Bela Lugosi, meurt peu avant le tournage. Ed Wood reste inconsolable.
Mais encore une fois, peu importe, Ed Wood veut lui rendre hommage et poursuit la réalisation du film. Pour cela, il intègre quelques séquences tournées avec l'acteur dans le film. Bela Lugosi n'est plus mais il sera la star de PLAN 9 FROM OUTER SPACE.
Ed Wood est obligé alors de trouver un sosie de Bela Lugosi pour le remplacer.
Certes, le réalisateur semble frappé par la pseudo ressemblance entre le chiropracteur de sa femme et l'acteur. Hélas, Ed Wood est bien la seule personne à trouver quelque ressemblance avec l'acteur décédé.
Mais encore une fois, peu importe, le faux sosie cachera son visage avec le bout d'une cape noire. Voilà pour l'ensemble des anecdotes qui entourent le tournage de cette série Z sans le sou mais réalisée par un cinéaste passionné.

plan 9

Toutes ces anecdotes sont importantes puisqu'elles permettent de comprendre l'essence même de ce film, ce qu'il va représenter par la suite dans le cinéma en général, et dans l'univers du nanar en particulier.
ObjectivementPLAN 9 FROM OUTER SPACE n'est pas le plus mauvais film de toute l'histoire du cinéma. Par exemple, TURKISH STAR WARS, que j'ai déjà cité, le dépasse largement en terme de nanardise et de médiocrité.
En vérité, PLAN 9 FROM OUTER SPACE contient tous les ingrédients qui font le sel et le charme du nanar absolu et involontaire.
Cette série Z apparaît surtout comme un film réalisé par un auteur farfelu mais incapable de transposer ses délires et ses fantasmes oniriques sur pellicule.
Pour faire court, rien ne va. PLAN 9 FROM OUTER SPACE est bourré de défauts: scènes totalement incohérentes, dialogues à se pisser dessus, mauvais montage, faux raccords, effets spéciaux médiocres, même pour l'époque, et des acteurs à la dérive font partie du menu fretin.
Même remarque pour le scénario qui a le mérite de résumer parfaitement l'excentricité de son auteur: des extraterrestres aux vils intentions appliquent un plan diabolique (le plan 9) et réveillent les morts afin que ces derniers tuent les personnes encore vivantes sur la Terre. Dans ce désastre filmique, Ed Wood varie les hostilités entre des soucoupes volantes en carton, des zombies moisis, des flics à la dérive et parfois la même séquence se déroulant successivement de jour comme de nuit sans aucune cohérence narrative.

Plan-9-from-Outer-Space1

Quant aux morts-vivants censés envahir la Terre, ils sont au nombre de quatre. Pour les extraterrestres de service, il faudra se contenter d'acteurs en pyjama et peu concernés par leurs personnages.
A aucun moment, Ed Wood ne parvient à maîtriser son film. Que ce soit les effets spéciaux, les acteurs et encore la mise en scène, tout semble inéluctablement lui échapper. Paradoxalement, ce sont aussi tous ces défauts qui rendent PLAN 9 FROM OUTER SPACE aussi amusant.
Et c'est aussi cela le cinéma. Personnellement, j'adore cette série Z autant pour ce qu'elle est et autant pour ce qu'elle montre, même si certains esprits chagrins n'y verront aucun intérêt. Mais peu importe en fin de compte.
Plus que jamais, Ed Wood reste un cinéaste hors norme, passionné et persuadé que son prochain film bouleversera le septième art.
Peu importe la misère, des conditions de tournage difficiles, Ed Wood portera cette passion inébranlable jusqu'au bout et jusqu'à son dernier souffle.
De son vivant, il ne connaîtra jamais la célébrité. Bien triste fin pour ce zeddard qui sombrera dans la solitude, dans l'oubli et dans l'alcoolisme.

Si à la vision de ce nanar, vous avez ri (ce dont Oliver ne doute pas), voici quelques nanars qui puent.

  • LES RATS DE MANHATTAN de Bruno Mattéi.
  • TURKISH STAR WARS de Cetin Inanç.
  • KING KONG 2 de John Guillermin.

-ALICE IN OLIVER-